Correrie ou maison basse des Chartreux du Val Sainte Marie


BOUVANTE


Architecture religieuse

Chemin de Chaillard
26190 BOUVANTE

Les frères convers

Les frères convers sont des moines Chartreux mais qui ne sont pas prêtres. Ils vivent en travaillant en communauté. Il font des travaux manuels, agricoles et peuvent avoir recours aux villageois pour les aider. Grâce à eux, les pères Chartreux peuvent manger et vivre reclus dans la maison haute, c'est-à-dire qu'ils prient, ne se parlent pas et suivent les règles de l'ordre.

Ils payent des agriculteurs pour labourer des champs. Ils cultivent du blé pour faire le pain. Ils élèvent des vaches, des moutons et des poissons dans un étang à la correrie pour manger. Au début ils vivaient dans la maison basse ou correrie et au XIVe siècle l'ordre décida de les installer à l'intérieur de la maison haute.

Sources : Jean-François Reynaud (dir.), Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, Deuxième partie : Pouvoirs, vie économique. L'insertion dans le monde, DARA coll., Alpara, Lyon, 2002



L'"église "

On observe encore aujourd'hui sur le bâtiment de l'église 3 fenêtres qui se trouvent au sud pour profiter au maximum de la lumière du soleil. L'architecture romane se voit avec la présence d'arcs de cercle et voûtes en berceaux. Les pierres utilisées sont des roches calcaires pour les angles des fondations de l'église afin qu'elles puissent soutenir le poids de la toiture et du tuf pour les murs. Le bâtiment est désacralisé dès le XIVe. Les frères Convers vont y habiter.

                                               

Le bâtiment d'exploitation

Dans la correrie, il y a notamment un bâtiment d' exploitation datant de 1144. Le bâtiment est une sorte de rectangle. La fenêtre et la porte sont un rectangle avec une voûte cintrée au dessus. Les matériaux d'origine sont du calcaire autour des portes et du tuf.

On distingue la partie ancienne du XIIe siècle car les pierres sont taillées et les fenêtres sont en voûte cintrée, typique de l'art roman.

Il y a une partie plus récente dont les pierres ne sont pas taillées.

Ce bâtiment servait d'hôtellerie, là où habitaient les frères convers.

Un passage à l'abri permettait de rejoindre l'église.
                                      

La bergerie

La bergerie de la courerie du Val Sainte-Marie à Bouvante se compose encore de cinq chambres. Au départ c'était sans doute une bergerie puis la courerie a aussi hébergé des soldats pendant les guerres de Religion. C'est un bâtiment de style roman qui a été fondé au Xlle siècle et qui comporte deux étages avec une voûte. Les murs ont une épaisseur de deux mètres et le bâtiment est fait en pierres taillées : calcaire et tuf, ainsi que du bois pour les planchers, les poutres et les portes.

Source : Jean François Reynaud (dir) Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, Troisième partie : Les bâtiments , architecture et fonction Jean -François Reynaud et Emmanuelle Vernin , Alpara , DARA coll , Lyon , 2002

 

La « chapelle » ou scierie

La chapelle qui date du XIIe siècle est en style roman. Elle est construite en tuf et en molasse. Les fenêtres sont arrondies. Le pic se dirige vers l'est. Une source coule juste à côté de la chapelle, la source se jette dans un étang où vivent des poissons qui nourrissent les frères Convers. Avant les fêtes, ils ne mangent pas de viande pendant un mois.

La chapelle est constituée de plusieurs parties avec trois voûtes, un contrefort (1), une nef (2) et une tribune (3).

C'est un bâtiment de 12,50 m sur 10 m de large d'une hauteur totale de 9,49 m sous la poutre faîtière.

Ce bâtiment a été remanié. Depuis l'angle sud-est tombait une chute d'eau de 5,70 m. A côté se trouvait un moulin qui permettait de déclencher une scie qui se trouvait a l'intérieur de la chapelle.

Au XIVe siècle la chapelle était un lieu de culte pour les moines puis au fil du temps la chapelle est devenue un lieu où l'on forgeait le fer grâce à une scie qui se déclenchait avec l'aide de la source qui faisait tourner le moulin.

 

(1) Contrefort: pilier massif de maçonnerie engagé dans un mur qui reçoit une poussée, afin de l'épauler, d'en prévenir le renversement. Sa saillie est plus forte que celle d'une lésène, d'un pilastre, qui sont de simples raidisseurs. La culée d'un arc-boutant est parfois nommée contrefort.

(2) Nef : dans une église de plan allongé, partie comprise entre la façade principale ou le narthex et la croisée du transept.

(3) Tribune : galerie surélevée réservée à certaines personnes dans les grandes salles d'assemblée.

 

Notice réalisée par Mathieu, Léo, Timéo, Nolan, Cody, Mathéo, Pauline, Lilly, Coline et Louna, élèves de 5eA et 5eB au collège Benjamin Malossane

Lire la suite
Notice créée le 01/06/2018
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Balade
Autres lieux à proximité
L'ordre des Chartreux

BOUVANTE

Accéder à la notice
Le territoire des Chartreux du Val Sainte-Marie

BOUVANTE

Accéder à la notice
Courrerie de la chartreuse du Val Sainte Marie

BOUVANTE

Accéder à la notice