Chapelle Saint-Laurent


SAINT-MAY


Archéologie, Architecture domestique, Architecture religieuse

D 94
26510 SAINT-MAY

La chapelle Saint-Laurent (commune de Saint-May), correspond à la chapelle absidiale sud de l'ancienne église romane du prieuré de Saint-May, aujourd'hui disparue. Ce prieuré implanté au col ou val de Bodon (dit aussi "Val-Benoît") était une dépendance de l'abbaye lyonnaise de l'Ile-Barbe, entre le XIIe siècle au moins et le XVIIIe siècle. Il serait lui-même l'héritier d'une abbaye édifiée sur le plateau de Saint-Laurent, fondée par un moine bénédictin venu d'Orléans, Marius, qui se serait installé dans la région au VIe siècle. Dès le XIIe siècle, le prieur fut également seigneur temporal du village de Saint-May et possédait le château disparu qui le dominait (actuel cimetière). 
A l'origine, l'église prieurale adoptait un plan en croix latine à nef unique courte donnant sur une abside semi-circulaire ou quadrangulaire cantonnée de deux chapelles latérales (document). Aux XIVe-début XVe siècles, un nouveau choeur ajouré à l'est de fines lancettes gothiques remplaça cette abside tout en conservant la chapelle sud. Quatre chapiteaux supportant la voûte d’arête témoignent encore de cet état (maison). On circulait de l'une à l'autre partie du choeur grâce à des couloirs percés entre la nouvelle abside quadrangulaire et les chapelles latérales. Au sud-ouest, l'entrée des moines dans la nef depuis les bâtiments conventuels et la cour se faisait par une porte dont il subsiste le piédroit oriental, surmonté d'un tympan circulaire composé de trois pierres seulement. Au XVIIe siècle, la nef fut sans doute détruite et le choeur gothique transformé en maison d'habitation (propriété privé). Au XIXe siècle, la chapelle devint autonome et distincte de cette habitation. 

Son plan est simple composé d'une travée, voûtée d'un berceau plein cintre (refaite au XVIIe-XVIIIe s), donnant à l'est sur un choeur également voûté en plein-cintre. De l'extérieur, elle présente un chevet plat. Son accès se fait à l'ouest par une porte à linteau monolithe en demi-cerc. Ses fines ouvertures à arc en plein cintre sont caractéristiques des XIe et XIIe siècles.
Cette chapelle Saint-Laurent – dont ce vocable lui fut attribué dès le XVIIe siècle - fut achetée dans les années 1950 par Lucien van Damme, curé de Rémuzat qui la restaura. À cette occasion, en effectuant des fouilles dans son sous-sol, il mit au jour un ossuaire à l'emplacement de l'autel. Au nord-ouest de l'église, deux tombes furent datées du XIIe siècle grâce au mobilier découvert. Ces objets sont aujourd'hui conservés au musée d'archéologie et d'histoire de Nyons. Lucien van Damme y installa également un autel médiéval réalisé dans un cippe gallo-romaine, provenant de l'ancienne église de Curnier. L'évêché de Valence, un temps propriétaire de la chapelle, l'a céda à la commune ces dernières années, qui entrepris en 2013 des travaux de réfection de la toiture et du clocher.

Par ailleurs, quelques vestiges maçonnés de la nef et des bâtiments conventuels subsistent encore en élévation ou affleurent au niveau du sol. 
Lire la suite

Documents

Notice créée le 04/10/2017
Consultée 1354 fois
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Autres lieux associés
Autel de la chapelle Saint-Laurent de Saint-May

SAINT-MAY

Accéder à la notice
Eglise Saint-Roch

RÉMUZAT

Accéder à la notice
Eglise Saint Pierre de Villeperdrix

VILLEPERDRIX

Accéder à la notice
Autres lieux à proximité
Visite de la chapelle St Michel

Rémuzat

Accéder à la notice
Pont romain

VILLEPERDRIX

Accéder à la notice
L’école primaire à Villeperdrix

VILLEPERDRIX

Accéder à la notice