Les remparts


CHÂTEAUNEUF-DU-RHÔNE


Architecture militaire (fortifiée)

Route de Viviers
26780 CHÂTEAUNEUF-DU-RHÔNE
C'est dans la charte des libertés de Montélimar, en 1198, que l'on voit apparaître pour la première fois le nom des seigneurs de Châteauneuf, qui sont à l'origine des fortifications englobant les collines de Montpensier et de Sainte Catherine. Les seigneurs avaient une idée bien précise c'est-à-dire qu'ils voulaient contrôler la circulation des personnes et des marchandises sur le chemin qui traversait le territoire, pour, éventuellement, faire payer un droit de passage.

Ce chemin, parallèle au Rhône, était utilisé depuis que des hommes et des femmes parcouraient la rive gauche du fleuve. Au sud du bassin de Montélimar, il pénétrait dans un vallon entre deux collines imposantes : Sainte-Catherine au levant et Montpensier au couchant. Ensuite il s'élevait d'une centaine de mètres pour franchir une barre rocheuse avant de descendre en direction du village de Donzère.

Au 11e siècle, un castrum, avec son donjon et des bâtiments annexes pour l'habitat, est dressé au sommet de chacune des deux collines de Montpensier et de Sainte-Catherine alors que le bourg castral s'implante dans le vallon.

Au 12e siècle, les travaux de fortification se poursuivent, un poste de péage est aménagé et de nombreuses maisons sont bâties de part et d'autre du chemin entre les deux collines.

Au 13e siècle, le mur sud de l'enceinte primitive est achevé. Quelques décennies plus tard, par manque de place, de nouvelles constructions sont érigées en dehors des murs de protection.

Il devient alors nécessaire de prolonger les fortifications en direction du nord, ce sera l'enceinte nord du 14e siècle.

Les vestiges de quatre murs de refend, larges de 0,70 m, devaient certainement faire partie du logis seigneurial. A l'ouest et en contrebas subsistent les murs d'une construction rectangulaire accolée à la plate-forme ; elle occupe une surface d'environ 620 m2 et est dotée d'une porte imposante de 2 m de large par 3 m de haut. Cette porte, orientée vers le nord, permettait d'accéder à la plate-forme ou d'en sortir pour rejoindre le chemin en direction de Donzère ou, au nord, le chemin reliant Port Vieux à Saint-Pierre-du-Palais.

 Le donjon est une tour carrée de 7 m de côté. Elle est construite principalement à l'intérieur du mur d'enceinte tout en débordant légèrement sur le côté extérieur. Elle comporte deux salles superposées aux plafonds voûtés situés à 3,50 m et 4 m de hauteur.

La salle du premier étage dispose de deux portes en vis-à-vis donnant accès au chemin de ronde qui surmontait les deux courtines. La face est du donjon, à l'intérieur du rempart, est partiellement détruite au rez-de-chaussée alors que la face ouest, hormis un trou au niveau du premier étage, est mieux conservée.

C'est probablement vers 1623, que Louis XIII, pour renforcer l'autorité royale, fit détruire la forteresse et qu'il n'en resta que des ruines.

En 1954, "pour remercier la Vierge d'avoir préservé les habitants" de Châteauneuf pendant la Seconde Guerre mondiale, une statue, œuvre du sculpteur Dintrat, fut inaugurée. Elle domine le village.

Source : Découverte et Mémoire Castelneuvoises

Localisation : 
Sommet des collines de Montpensier et de Saint Catherine
26780 Châteauneuf-du-Rhône
Lire la suite
Notice créée le 11/03/2021
Consultée 217 fois

Médias

  • Découvert et Mémoire Castelneuvoises
  • Commune de Châteauneuf-du-Rhône
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Autres lieux associés
Vierge du Voeu

CHÂTEAUNEUF-DU-RHÔNE

Accéder à la notice
Maison d'Arlempde ou la Maison des Seigneurs

CHATEAUNEUF-DU-RHONE

Accéder à la notice
Le portail de Donzère

CHATEAUNEUF-DU-RHONE

Accéder à la notice
Autres lieux à proximité
Les journées Européennes du Patrimoine - Châteauneuf du Rhône

Châteauneuf-du-Rhône

Accéder à la notice
La porte intérieure

CHATEAUNEUF-DU-RHONE

Accéder à la notice
Fête Médiévale des Bateliers et de Saint-Nicolas

CHATEAUNEUF-DU-RHONE

Accéder à la notice