L'église Saint-Pierre


GÉNISSIEUX


Architecture religieuse

Le Champ de Mars
26750 GÉNISSIEUX
Résultat d'une reconstruction qui s'est déroulée tout au long du XIXe siècle, l'église Saint-Pierre est implantée sur l'emplacement de l'église primitive, elle-même devenue trop petite pour le grand nombre de paroissiens habitant Génissieux, section relevant à l'époque de la commune de Peyrins.
Une première série de travaux s'achève en 1832 menée par l'architecte Etienne Javelas pour rénover l'église alors en mauvais état, mais sans l'agrandir faute de moyens.
En 1861, après plusieurs projets non aboutis, la commune décide de reconstruire l'église Saint-Pierre d'après les plans réalisés par l'architecte du département Henri Bulot. Les travaux s'annoncent difficiles car on veut raccorder la façade existante et la première travée à la nouvelle église. Suivant le cahier des charges écrit par l'architecte diocésain Eugène Calinaud, le projet est modifié en 1868. On décide d'élargir la nef de 0,50 m de manière à accueillir plus de paroissiens et on économise en supprimant l'abside du ch½ur et les absidioles du transept, réalisant ainsi un ch½ur à chevet plat. L'état donne 6000 frs, la commune 9000 frs et les habitants par une souscription volontaire 22000 frs. C'est finalement l'architecte voyer de la ville de Romans, Nicolas Fontanille qui achève le chantier en 1872.
Parallèlement, des ressources ayant été trouvées, on décide de construire une nouvelle façade plutôt que de raccorder la nef à l'ancienne façade, que l'on démolit en 1871.
Une souscription publique est lancée en 1889 afin de terminer la construction du clocher. Celle-ci est confiée à l'architecte Joannis Rey et se termine en 1894.
C'est lors de cette denière grande phase de travaux que l'on se préoccupe des vitraux financés en partie par des donateurs locaux.
Au nombre de dix, ils forment un ensemble décoratif cohérent et remarquable. Ils sont signés de l'atelier des maitres verriers Thomas de Valence et sont réalisés entre 1887 et 1894 par Jean-Pierre Thomas. Son fils Georges Thomas les a restaurés en 1951.

Une exposition mobile composée de 3 Roll-up (un sur l'église, un sur les vitraux et un sur les ateliers Thomas) a été remise en mairie par le Service Patrimoine - Pays d'art et d'histoire.
Lire la suite
Notice créée le 15/01/2021
Consultée 75 fois

Médias

  • Site internet PAH26
  • Facebook PAH26
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Autres lieux associés
Vierge du v½u de Génissieux

GÉNISSIEUX

Accéder à la notice
Eglise Saint-Sébastien et son mobilier

TRIORS

Accéder à la notice
Tableau "Le martyre de saint Sébastien avec saint Joseph et sainte Anne" (église Notre-Dame)

MOURS-SAINT-EUSÈBE

Accéder à la notice
Autres lieux à proximité
Musée d'art sacré

MOURS SAINT EUSEBE

Accéder à la notice
Groupe sculpté inspiré de la Cène de Léonard de Vinci

Peyrins

Accéder à la notice
Vierge de Pitié (église)

Châtillon-Saint-Jean

Accéder à la notice