Chapelle Saint-Roch et son mobilier


PIERRELATTE


Architecture religieuse, Peinture, arts graphiques et des médias

Allée Pierre Puvis de Chavanne
PIERRELATTE
Cette chapelle est dédiée à saint Roch, saint guérisseur de la peste. Le mobilier qui l'orne est également lié à ce saint. On peut citer notamment un bel autel en bois polychrome et doré surmonté d'un tableau de saint Roch guérissant les pestiférés.
Une estampe ex-voto en papier révèle par
l'inscription qu'elle comporte la vénération portée à saint Roch : "Voeu à St Roch Vénéré par nos pères pour la protection qu'il leur accorda en 1769 et po(ur) protection qu'il a renouvelée de nos jours à leurs descendants en 1870 et 71 lors des maladies varioliques et pestilentielles qui ont sévi si cruellement dans plusieurs villes voisines de Pierrelatte. La ville reconnaissante a placé ce tableau pour en perpétuer la mémoire à nos descendants". Une seconde inscription en partie inférieure de la gravure précise le commanditaire de l'oeuvre et la date de la commande : "Déposé par la Fabrique à Notre-Dame des Grâces, 1er mai 1871".
(d'après le catalogue d'exposition "Saint Sébastien, Saint Roch, patrimoine des églises drômoises", 1989)

Légende et iconographie :
Né au 14e siècle à Montpellier, dans une famille noble, saint Roch distribue la majeure partie de ses biens aux pauvres et se rend en pélerinage à Rome. Sur sa route comme la peste ravage l'Italie, il se dévoue au secours des malades. Atteint lui-même du fléau, il se réfugie dans la forêt où il est sauvé par le chien d'un seigneur des environs qui lui apporte chaque jour un pain et par un ange qui le soigne et fait jaillir l'eau d'une source. Roch guérit et se remet en route. A partir de ce moment, la légende donne des versions discordantes : la première dit qu'il aurait été arrêté et aurait fini ces jours en prison en Lombardie. Selon la seconde, il aurait regagné Montpellier et y serait mort.
Plusieurs scènes de sa vie sont représentées mais les plus fréquentes sont celle où il guérit des pestiférés et celle où il est soigné par un ange.
Il est généralement représenté barbu, en habit de pèlerin tenant à la main un bourdon (bâton de pélerin) sur lequel est accroché une gourde. Une ou plusieurs coquilles Saint-Jacques ornent sa pélerine ou son chapeau Il est systématiquement accompagné de son chien nourricier portant un pain dans la gueule et soulève fréquemment un pan de son manteau pour montrer les plaies provoquées par la peste.
Lire la suite
Notice créée le 01/04/2020
Consultée 67 fois
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Autres lieux associés
La fresque Gargantua à Pierrelatte

PIERRELATTE

Accéder à la notice
Cuves vinaires (?) au Val des Nymphes à La Garde-Adhémar

LA GARDE-ADHÉMAR

Accéder à la notice
Cadran solaire

SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX

Accéder à la notice
Balade
Autres lieux à proximité
Musée d'archéologie tricastine

SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX

Accéder à la notice
Atelier d'été : Devenir chevalier

Saint-Paul-Trois-Châteaux

Accéder à la notice
Atelier d'été : Vitrail

Saint-Paul-Trois-Châteaux

Accéder à la notice