Chapelle Saint-Férréol


CREST


Architecture religieuse

Avenue Jean Rabot
26400 CREST

La Chapelle
Un quartier de Crest porte le nom de Saint-Férréol dès le XIIIe siècle ainsi qu'une chapelle (datant du début du XVe siècle). Celle-ci est vendue 100 livres comme bien national en 1791 au sieur Labretonnière qui l'offrit au conseil municipal, ce dernier devant y faire célébrer au moins une messe tous les ans, à la St-Ferréol.
Au XIXe siècle, elle est tellement délabrée qu'elle est reconstruite en 1861 sur un plan différent en conservant toutefois des parties du bâtiment initial. Elle est entourée d'un enclos où étaient enterrés les enfants décédés sans baptême et qui ne pouvaient donc reposer en terre consacrée. Elle a fait l'objet d'importants travaux de restauration en 2006.

La Fête patronale
Au début du XIXe siècle les agriculteurs se donnaient rendez-vous pour commercer à Crest le 18 septembre : c'était déjà l'occasion de quelques festivités. La fête prend un caractère plus organisé et devient officielle à partir de 1851. Après quelques hésitations, celle-ci est fixée au dimanche 18 septembre (ou au dimanche qui suit si le 18 ne tombe pas un dimanche). Le feu d'artifice est déjà le clou de la fête, les groupes musicaux prennent une part grandissante dans la programmation, accompagnés de buvettes, jeux, manèges... La fête comprend aussi des épreuves et spectacles sportifs : gymnastique, tir, courses cyclistes ou pédestres, concours de boules. Il y a parfois des attractions sensationnelles : le ballon gonflé de l'aéronaute Eugène Godard ; l'Indien D'Jelmako traversant la Drôme sur un fil ; une corrida en 1905 ; le cinématographe en 1908 et 1909 ; une exposition d'aéroplanes en 1911.

Qui est Saint Férréol?

Saint-Ferréol est le saint Patron de Crest. Il est admis qu'il s'agisse du tribun militaire martyr à Vienne en 304.

Ferréol est né à Vienne, capitale de la Viennoise, vers le milieu du IIIe siècle. Ses parents qui étaient, nobles et chrétiens, élevèrent Ferréol dans la religion chrétienne alors combattue et le destinèrent à occuper des postes importants dans l'administration de l'empire. Il embrassa la carrière militaire, et guerrier intrépide, se signala par sa bravoure qui lui valut le grade de Tribun.

En 304, la religion du soldat Ferréol lui coûte  la vie. Sachant son ami Julien (qui deviendra saint Julien de Brioude) soupçonné d'être un chrétien, il l'envoie à Brioude pour échapper aux persécutions. Soupçonné à son tour, il est sommé par le gouverneur de Vienne de sacrifier sa religion aux dieux de l'empire romain, son refus l'entraîne en prison. Il s'en évade en traversant le Rhône à la nage mais est rattrapé deux jours plus tard et décapité. Il est enterré sur les rives du fleuve et son tombeau abrite, selon la légende, la tête de son ami Julien, exécuté lui aussi malgré sa fuite en Auvergne.

Le culte de Saint-Ferréol est assez répandu en Dauphiné, Provence et pays d'Oc, c'est-à-dire dans la partie de la Gaule qui fut rapidement romanisée. Plusieurs édifices religieux portent son nom. Dans la Drôme, un village témoigne de l'importance du saint, il s'agit de Saint-Ferréol-Trente-Pas.

 

 

Lire la suite
Notice créée le 14/09/2017
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Autres lieux à proximité
LE SILO DE LA PRAIRIE

CREST

Accéder à la notice
Journées Européennes du Patrimoine au Centre d'Art de Crest

CREST

Accéder à la notice
Ancienne caserne des pompiers

CREST

Accéder à la notice