Conférences hors les murs : Les débuts du protestantisme dans la Drôme


du 18/10/2017 au 20/12/2017


Conférence

Salle Maurice Pic de l'Hôtel du département
26 avenue du Président Herriot
26000 VALENCE

Le cinquième centenaire de la Réforme protestante, célébré en 2017, est l’occasion d’évoquer les débuts du protestantisme drômois. Dans un Dauphiné traditionnellement marqué par les idées nouvelles, les Eglises protestantes s’implantent durablement dès le XVIe siècle. Après l’épisode sanglant des guerres de Religion, le protestantisme demeure un élément marquant de l’identité régionale.

 

Mercredi 22 novembre à 18h30 : Catholiques et protestants pendant la première guerre de religion  (1560-1563).

Ville marchande et universitaire, Valence a vu très tôt se développer une communauté protestante. Dès 1560, de graves troubles religieux secouent la ville et atteignent leur paroxysme en avril 1560 avec la prise du couvent des Cordeliers, qui se termine dans le sang. Malgré les tentatives conciliatrices de l’évêque Jean de Monluc, les réformés valentinois vivaient sous le joug des autorités municipales et de La Motte-Gondrin qui a fait de Valence son quartier général… jusqu’aux sanglantes journées des 25, 26 et 27 avril 1562. Devenus minoritaires dans une ville de Valence engagée aux côtés des troupes protestantes, les catholiques parviennent cependant à entretenir de bons termes avec leurs voisins protestants.

Au c½ur même de la tourmente de la première guerre de religion, catholiques et protestants valentinois sont restés soudés pour soutenir l’effort de guerre imposé à leur cité.

Quels sont donc les mécanismes qui permirent cette coexistence ?

 

Nicolas Danjaume, professeur d'histoire et de géographie.

 

 

Mercredi 20 décembre à 18h30 : L’iconoclasme protestant dans la Drôme pendant les guerres de religion entre 1560 et 1598.

La Drôme a constitué un foyer majeur de la Réforme. Comme ailleurs en Europe, les protestants y ont été des iconoclastes lors des guerres de Religion. Les destructions des images et de des églises objets sacrés, voire des bâtiments entiers, ont constitué une pratique identitaire pour les nouveaux convertis, les soldats et les autorités civiles. Cette violence s’explique avant tout par des considérations religieuses. Il est possible d’en distinguer des vagues successives et d’ampleur variable selon le contexte.

 

Christophe Vyt, professeur agrégé d’Hhistoire et géographie, lycée Bellegarde-sur-Valserine

 

Chargé de cours à l’Université Lyon3, campus de Bourg-en-Bresse

Lire la suite

Médias

  • Archives Départementales de la Drôme
non
verifié
Les derniers commentaires
Envoyer un commentaire
Non connecté
Autres lieux à proximité
Cycle : le paysage, l’expression d’une intériorité (3)

VALENCE

Accéder à la notice
Conférences : Quoi de neuf sur l'histoire de la Drôme

VALENCE

Accéder à la notice
Salle Delacroix, Préfecture

VALENCE

Accéder à la notice